Business

28 mai 2021

La « Tête de mouton » de JAR adjugée 5 fois son estimation chez Christie’s Paris

Chez Christie’s Paris, le magnifique clip « Tête de mouton » en argent de JAR a été adjugé €500 000 (avec frais) soit 5 fois son estimation.

Par Sandrine Merle.

 

 

Ce clip figurant la tête d’un mouton à tête noire et toison blanche figurait dans la vente de la grande collectionneuse Marion Lambert. JAR (Joël Arthur Rosenthal), son ami, lui a dessiné en 2006.

 

L’hyper réalisme

« Ce clip n’a laissé personne indifférent, il a même dérangé certains de nos clients », explique Violaine d’Astorg directrice du département joaillerie à Paris. Cela tient à son réalisme inouï. La frisure de la toison de laine est réalisée grâce à des micro perles fines de tailles différentes montées sur des fils d’or jaune à « mémoire de forme ». Ce qui permet de plus ou moins l’ébouriffer. Le museau réalisé en argent, matériau de prédilection du joaillier sans grande valeur intrinsèque, est ciselé au micron près pour restituer les petits poils implantés de façon irrégulière. Là où ils se font plus rares, le polissage a permis de créer une légère brillance. Ce réalisme est amplifié par les yeux perçants en saphirs étoilés inclus d’aiguilles de rutile qui bougent avec la lumière.

 

Le mythe JAR

Ce prix, pour un bijou contemporain et majoritairement conçu en argent, consacre une nouvelle fois JAR. Il est le créateur vivant le plus adulé, la référence absolue en matière de réalisme. Consécration atteinte grâce à son sens des couleurs (on le surnomme le « Matisse de la joaillerie ») et son obsession du détail permettant d’obtenir un lilas ou des papillons plus vrais que nature. Il a construit et entretenu ce statut en ne faisant que quelques dizaines de pièces par an pour quelques femmes richissimes dans le monde, on parle de 250 tout au plus. Dans ce club très fermé figurait notamment Elizabeth Taylor, l’actrice américaine Ellen Barkins ou encore la milliardaire Lili Safra. JAR a aussi cultivé le désir en n’ayant aucune boutique et en n’accordant aucune interview. Et il est à ce jour le seul créateur vivant ayant eu une rétrospective au MET (2013) où figurait cette tête de mouton. La seule et unique fois où elle était apparue avant cette vente. Impossible de l’oublier.

 

Article relatif à ce sujet :

JAR à la galerie des Bijoux du Musée des Arts Décoratifs 

Articles les plus lus

Demain, 5 nouvelles façons de découvrir le bijou au musée

Le dernier salon Museum Connection a montré une effervescence folle dans les musées engendrée par d’extraordinaires innovations. Il est temps de les...

Le business model digital de Sophie d’Agon

Sophie Lepourry a lancé la marque de bijoux Sophie d’Agon, il y a 5 ans. Elle revient sur la stratégie digitale qui l’a menée au succès et à...

Bijoux griffés/non griffés, les enjeux

Bijoux griffés / non griffés : le marché va-t-il évoluer comme ceux de la maroquinerie et de l’horlogerie majoritairement détenus par des grandes...

Ventes aux enchères online, Violaine d’Astorg chez Christie’s

Pour Violaine d’Astorg, directrice du département joaillerie de Christie’s à Paris, estime que les acheteurs n’attendaient que les ventes online....

La joaillerie à l’heure du wokisme

D’ici 2025, la Responsabilité Sociétale des Entreprises (sur la préservation de l’environnement, l’engagement sur l’égalité des chances, la...

Diamant de laboratoire : il va falloir compter avec lui !

Diamant de laboratoire contre diamant naturel. Et si les deux pouvaient cohabiter ? C’est ce qui se profile dans les prochaines années.